J’ai voté en faveur de ce rapport qui représente la position du Parlement européen sur la communication de la Commission publiée en juin 2016 établissant une stratégie de l’Union dans le domaine des relations culturelles internationales.

J’avais amendé, en commission des Affaires étrangères, le projet de rapport afin d’appeler la Commission à intensifier sa coopération avec les organisations internationales telles que les Nations unies, l’Unesco, Interpol, l’Organisation mondiale des douanes et le Conseil international des musées, dans la lutte contre le trafic des biens culturels. Cette activité peut servir au financement des activités criminelles, y compris au financement des organisations terroristes.

Ce rapport souligne la nécessité de soutenir davantage les relations culturelles avec les pays voisins par l’assistance technique, les programmes de formation, le développement de compétences et le transfert de connaissances. Ce texte demande instamment à la Commission, dans le prochain cadre financier pluriannuel, de prévoir une ligne budgétaire consacrée au soutien des relations culturelles internationales dans les programmes existants et les appels futurs.
Il est urgent d’inclure la culture dans tous les accords bilatéraux et multilatéraux existants et futurs ainsi que de renforcer la dimension internationale des programmes européens tels qu’Erasmus + et Horizon 2020.

Ce texte appelle, de plus, à la mise en œuvre efficace des instruments juridiques déjà existants pour mieux protéger le patrimoine culturel, le droit d’auteur et la propriété intellectuelle.
J’ai soutenu ce texte parce qu’il demande, également, la mise en place d’un mécanisme de prévention, d’évaluation et de reconstruction du patrimoine culturel en danger ainsi que la création d’un mécanisme d’urgence pour sauvegarder le patrimoine dans les pays en conflit.

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :